Hacked by Wlinturn and Mctryk

Créér / Résister

lundi 18 janvier 2016

Séminaire public dans le cadre de la Biennale de la jeune création "Watch this Space"

CRÉER / RÉSISTER

28 & 29 janvier 2016

École supérieure d’art Nord-Pas-de-Calais, 36 bis rue des Ursulines, 59200 Tourcoing.

Présentation par la Biennale

« L’art, et plus spécifiquement la jeune création, est un moteur avéré de transformation sociétale. Lors de ce séminaire, la question de la résistance ne sera pas abordée dans une acception conservatrice qui serait marquée par le déni des mutations du monde dans le champ politique, économique, social, technologique, écologique et légal. Il s’agit plutôt d’étudier le potentiel d’émancipation que permet la création dans ses postures actuelles.

Face aux enjeux de la globalisation, de la normalisation, de l’indifférenciation, certains artistes explorent les marges par des approches tant multiples que complexes. En quoi l’acte de création fait résistance ? Quel est le pouvoir de l’art ? Que produit-il ? Quels sont ses rapports avec le pouvoir ? Comment l’artiste résiste-t-il aux modèles de productivité ? Quelles sont les postures et les pratiques qui déjouent le système dominant ? En quoi une approche collective offre-t-elle de nouvelles possibilités ? Il s’agit aussi d’interroger la façon dont l’art impacte la société tout en évitant l’écueil de l’instrumentalisation. En quoi l’art peut-il être considéré comme un levier de développement humain ? Comment peut-il s’inscrire dans une dynamique efficiente ? Quelles sont les pratiques et leurs effets ? »

« Kunst, en meer bepaald de artistieke creatie van jong talent, is de drijvende kracht achter de maatschappelijke veranderingen. Tijdens dit seminarie zal het concept ‘verzet’ niet worden benaderd vanuit een conservatief oogpunt waarbij de internationale veranderingen op politiek, economisch, maatschappelijk, technologisch, ecologisch en wettelijk vlak, worden ontkend. De nadruk zal liggen op de bestudering van het emancipatiepotentieel dat door de hedendaagse creatie mogelijk wordt gemaakt.

Om het hoofd te bieden aan de uitdagingen op het vlak van globalisering, normalisering en indifferentiatie, verkennen bepaalde kunstenaars de kantlijnen aan de hand van veelvuldige en complexe benaderingen. Hoe biedt de kunstenaar weerstand aan de productiviteitsmodellen ? Welke waarden produceert hij ? Welke situaties en praktijken sturen het heersende systeem in de war ? Welke nieuwe mogelijkheden biedt een collectieve aanpak ? Ook de wijze waarop kunst een impact heeft op de maatschappij moet in vraag worden gesteld, waarbij de valkuil van de instrumentalisering moet worden vermeden. Kan kunst worden beschouwd als een hefboom voor menselijke ontwikkeling ? Op welke manier kan kunst kaderen binnen een efficiënte dynamiek ? Welke praktijken worden gehanteerd en wat zijn de gevolgen ervan ? »

PROGRAMME

jeudi 28 janvier 2016

09:30 - accueil

10:00 - introduction

10:15 - Module 1 : Quel est le pouvoir de l’art aujourd’hui ? - Subversion, remise en question de l’existant et ouverture du champ des possibles

- Introduction de Fabienne Brugère
- position d’artiste d’Andrea Fraser, May I Help You, 1991, U-matic PAL, couleur, son, collection Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou.

Exposés
- « Art, résistance et "élan utopique" », Jean-Marc Lachaud, philosophe, professeur d’esthétique à l’université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne et chercheur au sein de l’Institut ACTE (UMR 8218, CNRS/Université Paris 1)
- « La subversion versus la résistance : une poïétique du regard », Elisabeth Spettel, docteur en arts plastiques – thèse intitulée "Double jeu de la subversion : entre dadaïsme, surréalisme et art contemporain" soutenue en juin 2015 sous la direction de Pierre Sauvanet (Université Bordeaux-Montaigne) et de Miguel Egana (Paris Panthéon-Sorbonne)–, actuellement chercheur invité à l’université d’État de New-York.

Mise en perspective et débat avec la modératrice, Fabienne Brugère, suivi d’un échange avec la salle.

14:00 - Module 2 : S’entendre sur les relations entre art et politique - Une exhortation à l’art politique qui détourne du constat de désengagement de la culture par la politique.

- Introduction de Fabienne Brugère
- position d’artiste de Ciprian Muresan, I’m Protesting Against Myself, (co-author Gianina Carbunariu), 2011, Vidéo HDV, 30’’35’.

Exposés
- « Résister en solitude. L’individu créatif comme élément micropolitique complexe », Paul Ardenne, historien de l’art et écrivain, auteur, notamment, de L’art dans son moment politique, La Lettre volée ; Un Art contextuel, Flammarion ; et Art, le présent, Regard. Il est en charge du séminaire "Art et Politique", UFR Arts, Université Picardie-Jules Vernes, Amiens.
- « Promouvoir le consensus, favoriser la distinction ou subventionner la subversion ? Les paradoxes des politiques de soutien à la création », Emmanuel Wallon, professeur de sociologie politique à l’Université Paris Ouest-Nanterre, membre de l’équipe de recherche "Histoire des arts et des représentations", et professeur invité à l’Université de Louvain-la-Neuve (Belgique).

Mise en perspective et débat avec la modératrice, Fabienne Brugère, suivi d’un échange avec la salle.

Conclusion de la journée

18:00 - Vernissage et remise des prix à la Galerie Commune

- Existence non garantie avec Angela De La Cruz, Yona Friedman, On Kawara, Bernd Lohaus, Philippe Parreno, Cerith Wyn Evans, Margot Zanni commissariat : Lucie Orbie.
- Œuvres issues de la collection du Frac Nord-Pas-de-Calais, Exposition organisée avec le soutien des Amis de la Galerie Commune et de l’ESA Nord-Pas-de-Calais.

Prix Watch This Space : 1000 euros + une résidence de deux mois à Fugitif comprenant un accompagnement de l’artiste lauréat à Leipzig, et la mise à disposition d’un logement et d’un atelier durant cette période. Fugitif est un programme de résidence situé à Leipzig en Allemagne, ayant pour but de générer des liens entres des pratiques artistiques, scientifiques et culturelles au sens élargi.

Prix Sofam : Le prix Sofam est destiné à soutenir et encourager un(e) jeune artiste résidant en Belgique. Le ou la lauréat(e) reçoit un montant de 1000 euros + une affiliation à la Sofam + une visibilité sur la galerie du site web.

Vendredi 29 janvier 2016

09:00 - accueil

09:30 - Module 3 : L’artiste au travail - Résistance aux modèles de productivité et organisations coopératives, collaboratives et contributives

- Introduction de Marie Pleintel
- position d’artiste de Gregory Buchert, Le Calendrier des jours chômés, 2015.

Exposés
- « "Propriétaire ou artiste ?" La tension environnement / culture interroge sur le sens et la valeur, la complémentarité du passé et du futur », Gilles Berhault, ancien comédien, producteur et agent d’artistes, il est aujourd’hui consultant sur les transformations sociétales au croisement du développement durable, du numérique et de la gouvernance, et président du Comité 21, Comité français pour le développement durable.
- « L’artiste, le travail, l’économie et le commun : des contre-conduites critiques aux contre-pouvoirs numériques », Grégory Jérôme, diplômé de Sciences-Po Paris (SPEAP programme d’expérimentation en arts et politique), responsable du service de formation continue de la HEAR / Haute école des arts du Rhien et membre actif du groupe économie solidaire de l’art.

Mise en perspective et débat avec la modératrice, Marie Pleintel, suivi d’un échange avec la salle

12:15 - Synthèse des journées et mise en perspective :

Créer, résister, réparer, Fabienne Brugère, philosophe, actuellement à l’Université de Paris 8 Vincennes-Saint-Denis pour une chaire de "philosophie des arts modernes et contemporains". Auteur de Le goût : art, passions et société, PUF, coll. "philosophies", 2000 ; L’expérience de la beauté, 2006 ; L’éthique du care, 2011 ; Faut-il se révolter ?, 2012 ; La politique de l’individu, La République des Idées/Seuil, 2013.

Débat avec la salle.

Voir en ligne : Voir le programme de la Biennale sur le site de 50° Nord, réseau transfrontalier d’art contemporain

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0