ReprésentationS
Accueil du site > Hacked by NRVAX > Nomenclature des masters : les mentions dans le domaine des (...)

Nomenclature des masters : les mentions dans le domaine des Arts

mardi 11 février 2014

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, après avoir essuyé un avis négatif du CNESER le 27 janvier 2014, a repris sa copie en toute discrétion pour modifier son projet d’arrêté relatif à la nomenclature des diplômes de master. Ce texte, signé le 4 février, a été publié le 11 février 2014 au Journal officiel de la République française, sous les références suivantes :

Arrêté du 4 février 2014 fixant la nomenclature des mentions du diplôme national de master (NOR : ESRS1402516A), publié au JORF n°0035 du 11 février 2014, page 2414 - texte n° 21.

Il est consultable en ligne sur Legifrance.gouv.fr

Le domaine des Arts s’enrichit enfin des mentions exigées par les universitaires. En voici la liste :

- Humanités.
- Arts.
- Arts plastiques.
- Arts de la scène et du spectacle vivant.
- Création artistique.
- Danse.
- Théâtre.
- Cinéma et audiovisuel.
- Audiovisuel, médias interactifs numériques, jeux.
- Création numérique.
- Musicologie.
- Patrimoine et musées.
- Archives.
- Direction de projets ou établissements culturels.
- Industries culturelles.
- Mode.
- Humanités et industries créatives.

Outre "Histoire de l’art" (au singulier) la nomenclature comporte aussi :

- Culture et communication.
- Information, communication.
- Sciences de l’information et des bibliothèques.
- Muséologie, muséo-expographie.
- Information et médiation scientifique et technique.
- Communication des organisations.
- Intervention et développement social.
- Métiers du livre et de l’édition.
- Lettres.
- Arts, lettres et civilisations.
- Lettres et humanités.
- Littérature générale et comparée.
- Études culturelles.
- Création littéraire.

Il est regrettable que la photographie ne soit pas citée, comme si elle n’était toujours pas reconnue comme un art à part entière. Par ailleurs, on cherche en vain dans cette liste la notion de médiation culturelle, dont relèvent plusieurs formations de réputation nationale ou internationale proposées par les universités. Les enseignants-chercheurs et les professionnels de la médiation ont réagi en lançant à leur tour, le 16 février 2014, une pétition qui a rassemblé près de 2000 signatures dès la première semaine : "Nous appelons à reconstruire les masters de médiation culturelle".

En revanche, un master en "Études sur le genre" figure en toutes lettres dans la nomenclature, ce qui a quelque chose de réconfortant dans le contexte de régression actuel. Un appel lancé dans le monde universitaire pour dénoncer les manipulations dont le terme de genre est le prétexte pour certains courants de la droite et de l’extrême-droite a recueilli environ 10.000 signatures en quelques jours. Il rappelle que les études en cette matière ne promeuvent pas une théorie particulière mais qu’elles examinent méthodiquement les modes de construction et de représentation des identités féminines et masculines (voir la pétition en ligne "Les études de genre, la recherche et l’éducation : la bonne rencontre").

Si imparfaite soit-elle, cette nomenclature a été très nettement améliorée grâce à la mobilisation de toutes et tous. Celle-ci s’est notamment exprimée à travers deux pétitions successives. La première a recueilli plus de 2400 noms et la seconde en a rassemblé environ 1500 en comptant les premiers signataires (voir les pétitions en ligne "Danger pour les études en danse" et "Le Théâtre et la Danse valent bien deux masters" avec la liste de leurs signataires sur le site Petitionpublique.fr).

Que l’ensemble des collègues des différentes disciplines en soient remerciés, ainsi que les présidents d’université et directeurs d’UFR qui les ont appuyés, mais aussi les étudiant-e-s, les artistes et professionnel-le-s du spectacle qui les ont soutenus, ainsi que les membres du ministère de la Culture et de la Communication qui ont relayé leurs arguments au plus haut niveau.

Beaucoup de dossiers relatifs aux formations et recherches universitaires restent très préoccupants. Puisse ce succès partiel redonner un peu de confiance dans les vertus de l’action collective.

Emmanuel Wallon

Professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Voir en ligne : Voir la pétition en ligne "Le Théâtre et la Danse valent bien deux masters" et la liste des signataires

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0