ReprésentationS
Accueil du site > Recherche > Pratiques de la critique

Dans le cadre de CHANTIERS D’EUROPE 2015

Pratiques de la critique

Atelier européen de critique pluridisciplinaire

lundi 1er juin 2015, par EW

Dans le cadre de CHANTIERS D’EUROPE 2015

ITALIE. GRÈCE. POLOGNE. PORTUGAL. TURQUIE.

PARIS 9-28 JUIN 2015

PRATIQUES DE LA CRITIQUE

Atelier européen de critique pluridisciplinaire

12-14 juin 2015

- Vendredi 12 juin, de 10h à 18h à la Cité internationale universitaire de Paris (Collège franco-britannique, entrée par le 9 boulevard Jourdan, 75014 Paris)
- Samedi 13 juin, de 14h30 à 16h30 à la Maison internationale (Salon Gulbenkian)
- Dimanche 14 juin, de 16h à 19h au CENTQUATRE-PARIS (Atelier 7)

Avec le concours de l’équipe de recherche « Histoire des arts et des représentations » (HAR) de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, de ses partenaires de l’Université Paris 8 Saint-Denis du Labex Arts-H2H.

• Vendredi 12 juin, de 10h à 18h à la Cité internationale universitaire de Paris (Collège franco-britannique, entrée par le 9 boulevard Jourdan, 75014 Paris) • Samedi 13 juin, de 14h30 à 16h30 à la Maison internationale (Salon Gulbenkian) • Dimanche 14 juin, de 16h à 19h au CENTQUATRE-PARIS (Atelier 7)

PRÉSENTATION

La création fait feu de tout bois et la critique est dans tous ses états. L’une et l’autre se réclament d’une pensée commune, mais elles ne parlent pas le même langage. Pièces, performances ou dispositifs, la scène contemporaine propose aux spectateurs des objets impalpables, rétifs à toute définition. Qu’ils se revendiquent d’une discipline reconnue (théâtre, danse, opéra, cirque, marionnettes) ou procèdent d’une hybridation entre les genres, les spectacles franchissent les frontières européennes à la rencontre de publics qui ne partagent pas forcément les mêmes clés de réception. Les critiques doivent néanmoins leur fournir les outils qui permettent au mieux de ses les approprier : tâche ardue à l’heure ou les grands modèles théoriques ont du plomb dans l’aile.

Avant de relever de la théorie, la critique se caractérise par une pratique : celle d’un spectateur subjectif – aussi perspicace et avisé soit-il – qui s’efforce de transmettre aux autres les émotions et réflexions nées d’une expérience éphémère. Les conditions de l’exercice varient selon qu’il tient un blog sur Internet, écrit une chronique dans un quotidien, rédige une étude pour une revue savante ou qu’il initie des étudiants à l’analyse de la mise en scène. Rien de tel, pour affûter son jugement de goût, que de le frotter aux autres. Soumettre à la contradiction les critères de sa propre appréciation, c’est l’essence de l’esthétique, déjà l’esquisse d’une politique. L’Europe ne doit-elle pas se concevoir avant tout comme un espace de pensée critique ?

Chantiers d’Europe met la critique en chantier avec le concours de l’équipe de recherche « Histoire des arts et des représentations » (HAR) de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, de ses partenaires de l’Université Paris 8 Saint-Denis du Labex Arts-H2H et d’autres laboratoires universitaires, dans le cadre du projet « La critique comme création », coordonné par Emmanuel Wallon.

Cet atelier ouvert aux spectateurs, comme aux étudiants et aux doctorants, bénéficie de la participation des artistes de Chantiers d’Europe, de chercheurs et de critiques professionnels. Les participants sont invités à voir des spectacles du festival dont l’exemple alimentera les travaux (au tarif réduit de 8€ pour les participants à l’atelier « Pratiques de la critique »).

Hors programme : spectacle conseillé

• Jeudi 11 juin 2015 à 20h30 au Théâtre des Abbesses, THEATRE : Lear Dreaming, par la compagnie TheatreWorks, mise en scène de Ong Keng Sen (Singapour) en japonais, coréen et mandarin surtitré en français – Tarif spécial : 12€ pour les participants à l’atelier « Pratiques de la critique ».

PROGRAMME

Vendredi 12 juin 2015 de 10h à 18h à la Cité internationale universitaire de Paris , Collège franco-britannique (entrée par le 9 boulevard Jourdan, 75014 Paris, RER Cité universitaire)

TABLES RONDES/ATELIERS

• 10h : Les enjeux européens de la critique.
- Comment les scènes d’Europe peuvent-elles contribuer à la construction d’un espace commun de la pensée critique ?

Table ronde introduite par Emmanuel Wallon (professeur de sociologie politique à l’Université Paris Ouest Nanterre) et Christophe Lemaire (responsable de la programmation de Chantiers d’Europe au Théâtre de la Ville), avec Laure Adler (productrice à France Culture), Chantal Boiron (rédactrice en chef de Ubu, Scènes d’Europe) et Tiago Bartolomeu Costa (conseiller artistique de Chantiers d’Europe).

11h30 : Pause café.

• 11h40 : Shakespeare sans frontières.
- Hamlet, Macbeth, Lear, Richard III, Henri VI : ces pièces sont partout montées à travers l’Europe et le monde, que ce soit en traduction intégrale ou en libre adaptation, mais aussi démontées, désossées, déconstruites, comme cela s’est produit avec Carmelo Bene, Heiner Müller, Romeo Castellucci ou Georges Lavaudant. Les différentes versions se sédimentent dans la mémoire des critiques, mais il n’en va pas forcément de même pour les spectateurs invités à voir en Shakespeare « notre contemporain », comme l’écrivait Jan Kott.

Table ronde introduite par Catherine Treilhou-Balaudé (professeure d’études théâtrales à l’Université Paris 3 Sorbonne nouvelle), avec Jorge Andrade (metteur en scène, Cie Mala Voadora, Portugal) et Pascal Collin (comédien, traducteur et dramaturge, France).

13h : Pause déjeuner au Restaurant universitaire de la Cité internationale.

• 14h : La mise en texte de l’expérience scénique.
- Comment transcrire le phénomène complexe de la représentation dans une chronique de presse, un blog, un article de revue, une étude savante ?

Table ronde avec Jean-Pierre Léonardini (critique dramatique à L’Humanité), Jean-Paul Manganaro (écrivain, traducteur et critique) et Diane Scott (critique et metteuse en scène, Revue Incise).

• 15h15 : Travaux critiques en ateliers.
- Trois ateliers de travaux pratiques en parallèle, pour mettre le vocabulaire critique à l’épreuve de spectacles de différentes disciplines.

1. L’analyse de la représentation théâtrale.
- Atelier animé par Tiphaine Karsenti (maître de conférences en études théâtrales à l’Université Paris Ouest Nanterre), avec Éliane Beaufils (maître de conférences en études théâtrales à l’Université Paris 8 Saint-Denis) et Alexandra Moreira da Silva (traductrice, maître de conférences en études théâtrales à l’Université Paris 3 Sorbonne nouvelle).

2. Les critères de la critique en danse.
- Atelier animé par Irène Filiberti (critique de danse), avec Lenio Kaklea (chorégraphe, Grèce), Isabelle Ginot (professeure en esthétique de la danse à l’Université Paris 8 Saint-Denis) et Christophe Martin (directeur du Festival Faits d’Hiver, France).

3. Autres scènes, autres critiques.
- Atelier animé par Josette Féral (professeure d’études théâtrales à l’Université Paris 3 Sorbonne nouvelle), avec Anne Gonon (critique de spectacles en espace public) et Erica Magris (maître de conférences à l’Université Paris 8 Saint-Denis).

• 17h : Le regard des témoins.
- Conclusions des ateliers en présence de leurs animatrices, d’une chercheuse, d’un auteur et d’un critique de la scène artistique européenne.

Table ronde avec David Lescot (auteur et metteur en scène, maître de conférences en études théâtrales à l’Université Paris Ouest Nanterre), René Solis (critique dramatique) et Fanny Bouquerel (chercheuse en politiques culturelles, association Amunì, Paris-Palerme).

• Vendredi 12 juin de 18h30 à 23h (en continu) à la Maison internationale, INSTALLATION/PERFORMANCE : Le livre cuisine des affamés, de Karolina Brzuzan (Pologne).

• Vendredi 12 juin à 19h au Théâtre de la Cité internationale (la Resserre), THEATRE/MARIONNETTES : La simplicità ingannata (La simplicité trahie), de et avec Marta Cuscunà (Italie) – Tarif réduit : 8€ pour les participants.

• Vendredi 12 juin à 21h au Théâtre de la Cité internationale (la Coupole), THEATRE : Hamlet, le mauvais quarto, par la compagnie Mala Voadora (Portugal), mise en scène de Jorge Andrade – Tarif réduit : 8€ pour les participants.

Samedi 13 juin à 14h30 à la Maison internationale (salon Gulbenkian, 1er étage)

RENCONTRE : Le travail critique du spectateur.

- Dans quelles dispositions les spectateurs peuvent-ils aborder des propositions artistiques qui sollicitent leurs facultés critiques au risque de bousculer leurs certitudes, voire de décevoir leurs attentes ?

Rencontre ouverte au public avec des doctorants et étudiants en études théâtrales de Paris 3 Sorbonne Nouvelle, Paris 8 Saint-Denis, Paris Ouest Nanterre et d’autres universités, en présence de Jorge Andrade (metteur en scène, Cie Mala Voadora, Portugal), avec Sophie Lucet (maître de conférences en littérature et arts du spectacle à l’Université Paris-Diderot), Sabine Quiriconi (maître de conférences en études théâtrales à l’Université Paris Ouest Nanterre) et Yannick Butel (professeur en études théâtrales à l’Université de Provence - Aix-Marseille I, directeur de la revue Incertains regards).

• Samedi 13 juin à 16h30 dans les pavillons de la Cité internationale, MUSIQUE : Création pour 40 pianos, par Noiserv (Portugal).

• Samedi 13 juin à 17h30 au Théâtre de la Cité internationale, THEATRE/MARIONNETTES : La simplicità ingannata (La simplicité trahie), de et avec Marta Cuscunà (Italie) – Tarif réduit : 8€ pour les participants.

• Samedi 13 juin à 19h au Théâtre de la Cité internationale (la Coupole) THEATRE : Hamlet, le mauvais quarto, par la compagnie Mala Voadora (Portugal), mise en scène de Jorge Andrade – Tarif réduit : 8€ pour les participants.

• Samedi 13 juin à 21h au Théâtre de la Cité internationale (la Galerie), THEATRE : Aalst, de Radek Rychcik (Pologne-Turquie) – Tarif réduit : 8€ pour les participants.

• Samedi 13 juin à 22h30 au Théâtre de la Cité internationale (la Galerie), CONCERT : Musique de Aalst par le groupe pop-rock Natural Born Chillers (Pologne).

Dimanche 14 juin à 16h au CENTQUATRE-PARIS (Atelier 7)

TABLE RONDE : L’héritage critique du Living Theatre en Europe.

- Trente ans après la disparition de Julian Beck et deux mois après celle de Judith Malina, que reste-t-il de l’expérience si particulière du Living Theatre, qu’ils avaient dirigé ensemble depuis 1947 ? Alors que la scène européenne résonne de multiples performances inspirées de près ou de loin par leur goût de la provocation et leur sens de la communauté, les co-auteurs de Paradise now (1968) ont légué à la critique plus de questions que de certitudes.

Table ronde avec Lucien Attoun (ancien critique sur France Culture, fondateur et ancien directeur de Théâtre ouvert, auteur d’une critique de Paradise Now dans Les Nouvelles littéraires, 25 juillet 1968), Marie-Ange Rauch (maître de conférences en études théâtrales à l’Université Paris 8 Vincennes à Saint-Denis, codirectrice du Département Théâtre, auteure de Le Théâtre en France en 1968, crise d’une histoire, histoire d’une crise, L’Amandier, 2008), Sophie Proust (maître de conférences en études théâtrales à l’université Lille 3, responsable scientifique d’APC/Analyse des processus de création, témoin de répétitions du Living Theatre et du travail de Judith Malina), Ivan Magrin-Chagnolleau (artiste-chercheur, responsable de l’équipe de recherche « Esthétique de la performance et des arts du spectacle », Université Paris 1 Sorbonne & CNRS », directeur de la revue p-e-r-f-o-r-m-a-n-c-e) et des artistes de la compagnie Komuna//Warszawa.

• Dimanche 14 juin à 17h30 au CENTQUATRE-PARIS (salle 400), THEATRE : Paradise now ? Re//Mix Living Theatre, Komuna//Warszawa (Pologne), spectacle de 40 mn. – Tarif réduit : 8€ pour les participants.

- Inscription (gratuite) conseillée pour les rencontres et ateliers et réservation obligatoire pour les spectacles (au tarif réduit de 8€ pour les étudiants), de préférence avant le 9 juin 2015 sur le site du Théâtre de la Ville.

- Pour en savoir plus sur Chantiers d’Europe et « Pratiques de la critique ».

- Pour venir vendredi 12 juin (de 10h à 18h) au Collège franco-britannique de la Cité internationale universitaire : 9 boulevard Jourdan, 75014 Paris (cet accès se trouve 100 m. à gauche de l’entrée principale de la Cité) - RER B arrêt Cité Universitaire (zone 1 et 2) à 10min de Châtelet les Halles • T3 • bus 21, 67, 88 • Vélib’.

• Pour venir samedi 13 juin (de 14h30 à 16h30) à la Maison internationale (Salon Gulbenkian) et au Théâtre de la Cité internationale : 17 boulevard Jourdan, 75014 Paris (entrée principale face au Parc Montsouris et à la gare RER). - RER B arrêt Cité-Universitaire (zone 1 et 2) • T3 • bus 21, 67, 88 • Vélib’.

• Pour venir dimanche 14 juin (de 16h à 19h) au CENTQUATRE-PARIS (atelier 7, puis salle 400), 5 rue Curial, 75019 Paris. - Métro Riquet (ligne 7), Stalingrad (lignes 2, 5 et 7), Marx Dormoy (ligne 12) • bus arrêts Crimée ou Crimée/ Curial (lignes 54 et 60), arrêt Riquet (ligne 54), arrêt Riquet ou Curial/Archereau (navette "La Traverse") • Vélib’.

Merci aux équipes du Théâtre de la Ville, du Théâtre de la Cité internationale et du CENTQUATRE-PARIS pour leur aimable concours.

"LA CRITIQUE COMME CRÉATION"

Projet triennal soutenu par le Labex Arts-H2H, avec l’aide de l’ANR au titre du programme Investissements d’avenir (ANR-10-LABX-80-01).

Qu’elle l’inspire, l’accompagne ou l’éclaire, la critique entretient des relations intimes avec la création artistique. Loin de se résumer à une articulation entre théorie et pratique – la première dominant la seconde ou se liant au contraire à son service – leurs rapports affectent les conditions d’élaboration et d’appréciation des œuvres, donc la mise en forme de la pensée sur l’art. Aujourd’hui, la question se pose néanmoins de savoir si l’apologie de la création, à laquelle les politiques culturelles, la chronique journalistique et la production savante ont concouru dans les dernières décennies, n’a pas contribué à affaiblir certaines exigences de la critique. Et pourtant, dans leurs travaux aussi bien que dans leurs procédés et leurs discours, les artistes contemporains sont nombreux à se réclamer des paradigmes d’une pensée critique nourrie par l’histoire, la philosophie et les sciences sociales. Si la critique agit sur la création, celle-ci ne manque pas de portée critique.

La critique est problématique par essence, mais son exercice s’inscrit dans des champs distincts et des registres spécifiques, ce qui compromet tout diagnostic sur son évolution globale. Ses hypothèses, ses conclusions reflètent la formation et les convictions du critique de métier, mais aussi ses conditions de travail et d’expression, selon que ce dernier officie dans un journal quotidien, une revue de culture générale ou une publication savante, sur une station de radio, une chaine de télévision ou un site Web, du haut d’une chaire universitaire, devant un parterre d’étudiants, ou à la lisière d’un plateau, au contact des interprètes. Opération du jugement, elle détermine la réception des œuvres en aval, non sans influencer leur conception en amont. Sa portée dépend notamment de la proximité entre les artistes, qui sont nombreux à se faire les exégètes de leurs propres ouvrages, et les critiques, dont certains sont dotés d’un véritable pouvoir de prescription. Il est ardu, mais urgent d’estimer l’apport de la critique au travail de la pensée.

La pluridisciplinarité constitutive de l’équipe de recherche en « Histoire des arts et des représentations » (HAR – EA 4414) de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense lui permet d’aborder ces questions de manière à la fois transversale et innovante. Sur ce sujet d’intérêt commun, elle a lancé le projet « La critique comme création », étalé de novembre 2013 à décembre 2015. Celui-ci implique ses partenaires du Labex Arts-H2H, ses correspondants dans d’autres laboratoires, des responsables d’institutions culturelles, ainsi que des doctorants et jeunes chercheurs. Ces diverses composantes confrontent leurs approches disciplinaires et leurs options méthodologiques à travers des journées d’étude, un séminaire public et un colloque international débouchant sur des publications .

• Partenaires au sein du Labex Arts-H2H : Université Paris 8 Saint-Denis, Bibliothèque nationale de France (Département des arts du spectacle), Théâtre de la Ville (Paris).

• Partenaires étrangers : Université fédérale de Bahia (École supérieure de théâtre et l’École doctorale) et Université Waseda à Tokyo (Département d’études théâtrales et cinématographiques).

Coordination : Emmanuel Wallon

P.-S.

- Les vidéos des ateliers "Pratiques de la critique" réalisées par Jean-Gabriel Carasso (L’Oizeau Rare) sont en ligne sur la chaîne Youtube du Labex Arts-H2H et pouvent être visionnées à cette adresse : https://www.youtube.com/channel/UCLsaAOAhDXu5x83ruiE8SDA.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0