ReprésentationS
Accueil du site > Initiatives > Chacun peut dire "stop" aux massacres

Entretien avec Emmanuel Wallon

Chacun peut dire "stop" aux massacres

Entretien paru dans Stradda, Numéro spécial "Résistances artistiques", n° 28, avril 2013, p. 45, propos recueillis par Isabelle Cousteil.

mardi 16 avril 2013, par EW

De la rue à la toile, la mobilisation des artistes pour la Syrie.

Le 15 mars dernier s’est soulevée en France et en Europe la deuxième « Vague blanche » en soutien au peuple syrien. Manifestation à fort caractère visuel et viral, elle est le fruit d’une mobilisation intense d’artistes animés par leur volonté de résistance aux oppressions.

Professeur de sociologie politique à l’Université Paris Ouest Nanterre (et ancien président de HorsLesMurs), Emmanuel Wallon est un ardent promoteur de la culture comme enjeu éducatif mais aussi politique et participe activement au mouvement contre les violences subies par les civils syriens. Il porte sur la "Vague blanche" le double regard d’un observateur universitaire et d’un acteur engagé.

Comment les artistes français sont-ils entrés en action pour la cause syrienne ?

- E.W. La mobilisation est née en juillet 2011, quatre mois après les premières manifestations à Deraa. Face aux atrocités commises par le régime de Bachar al Assad, nous avons lancé l’Appel d’Avignon, avec Marcel Bozonnet et Jack Ralite. L’impact fut immédiat [1] et un réseau informel s’est constitué selon un modèle horizontal. Suivit une soirée à l’Odéon en octobre où la salle comble et l’émotion suscitée par les témoignages nous ont incités à poursuivre nos initiatives en liaison avec SouriaHouria (Syrie Liberté), qui rassemble des artistes d’origine syrienne. Les blocages à l’ONU et l’inertie des gouvernements nous ont conduits à lancer un nouvel Appel d’Avignon en 2012 avec des artistes et compagnies présents dans le In et le Off. Dès lors, nous n’avons cessé d’interpeller le public, les artistes, experts et journalistes pour faire le point et alerter les organisations internationales.

Comment la Vague blanche s’est-elle formée dans ce contexte ?

- E.W. La Vague a été imaginée par la réalisatrice Béatrice Soulé et la photographe Sarah Moon. Elle permet d’investir l’espace public et d’impliquer individuellement chaque citoyen, où qu’il soit. La force de l’idée réside dans sa simplicité. Un mot, un support blanc, une photo postée sur le net [2]. Chacun peut dire « Stop » aux massacres et diffuser mondialement l’illustration de ce refus associée, à travers les films « 2’ pour la Syrie », aux preuves des atrocités transmises par des témoins grâce aux téléphones mobiles et à internet.

Quel rôle y jouent les artistes de la scène urbaine ?

- E.W. De Bono à Boltanski, du Théâtre du Soleil à la compagnie Les Passagers, la mobilisation artistique est au cœur de cette course de vitesse contre la destruction d’un pays par un despote. Des artistes du spectacle vivant nous ont notamment assisté dans le rassemblement parisien du 15 mars devant le Panthéon, pas simplement pour battre le tambour sur un message mais pour donner une forme pleine de sens à une action. La Vague permet une convergence rare entre expression artistique et systèmes de communication traditionnels, elle démontre l’imbrication entre espace urbain et espace virtuel. Les artistes sont prompts à trouver les formes adéquates pour rendre une intention immédiatement perceptible par tous, attirer sur elle l’attention des médias et trouver les moyens de son appropriation par chacun, grâce à des modes opératoires originaux et participatifs. Les gouvernements ne peuvent ainsi plus ignorer la profondeur du trouble de l’opinion publique et sa capacité à se sentir concernée, par-delà les frontières, par la préservation de notre commune humanité.

Propos recueillis par Isabelle Cousteil.

P.-S.

- Voir photos et films sur le site de la "Vague blanche".
- Consulter le sommaire de Stradda, le magazine de la création hors les murs, Numéro spécial "Résistances artistiques", n°28, avril 2013, sur le site de l’association HorslesMurs.

Notes

[1] Voir l’article paru dans Le Monde du 26 juillet 2011.

[2] Voir photos et films sur www.vagueblanchepourlasyrie.org

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0